Quand la nature nous pousse vers l’aventure… allons explorer ce lac apaisant et dépaysant.

Une fois par semaine en été et à l’automne, la base nautique de Lanau située dans les Gorges de la Truyère propose une sortie en soirée en canoë canadien géant (ou rabaska) qui peut contenir jusqu’à 16 personnes. Sa promesse éveille ma curiosité : « dépaysement garanti ». Pour une locale comme moi, j’espère bien me laisser surprendre par ce lac et ses îlots… Il me tarde de voir le coucher de soleil, je ne suis pas sportive mais je me lance !

Je suis étonnée par la beauté de ce paysage qui s’offre à nous comme un tableau merveilleux.

Virginie

Rendez-vous en eaux inconnues…

Le ciel orageux est peu engageant. Il fait encore jour, il fait bon mais des nuages gris se profilent et quelques gouttes se font sentir. Je rejoins le groupe de 4 personnes qui s’est inscrit. Après un temps de réflexion, Yannick, notre guide et barreur nous équipe en gilet de sauvetage et en pagaie. Après quelques recommandations de sécurité et explications pour ramer, nous croisons les doigts pour que qu’il ne fasse pas orage.
Nous montons à bord non sans appréhension. Je me sens tout de suite à l’aise, l’embarcation est très stable. Nous commençons à pagayer. Yannick nous donne des informations sur le lac. J’apprends plein de choses sur le barrage, la faune et la flore. Le lac de Lanau est tout en longueur, nous avons vraiment de la chance car il se découvre uniquement en bateau.

Tels des explorateurs, nous sommes prêts à observer ce « nouveau monde ».

Je me prends pour une chercheuse d’or…

Une bise légère nous accompagne lorsque nous longeons les coteaux de droite qui sont arborés notamment de hêtres et de boulots. Notre guide nous parle des espèces de l’écosystème de la Truyère, comme la loutre dans les eaux plus vives, ou la moule perlière que l’on retrouve petit à petit. La nature ici est remarquable et doit être préservée. Nous parlons du retour du loup dans notre région, un frisson me parcourt quand je l’imagine roder dans les bois du Massif central.
Notre barreur nous lance un défi qui m’a beaucoup surprise : trouver de la poudre d’or ! Nous scrutons avec minutie les rochers des abords, et soudain nous découvrons des tâches jaune vif. Nous apprenons qu’ici se développe une sorte de lichen bien particulier : « le lichen poudre d’or ».

Voguons vers des îlots mystérieux…

Avant de nous rapprocher de la rive gauche, nous profitons d’une pause méditative au milieu du lac qui est calme et propice à la contemplation. Seuls dans ce cadre unique, nous faisons partie intégrante de la nature. Le vent s’arrête…je me sens apaisée. Seuls des poissons font surface pour échapper à leur prédateur. Sur les falaises rocailleuses se logent le faucon pèlerin mais aussi l’hirondelle des rochers que nous voyons tournoyer très haut au-dessus de nous. Nous nous approchons de trois petits îlots qui se reflètent dans l’eau comme dans un miroir.

Je suis étonnée par la beauté de ce paysage qui s’offre à nous comme un tableau merveilleux.

Derrière, des plantes et des genêts donnent à une colline ses couleurs si particulières de jaune et de violet.

Quand les quatre éléments m’offrent un spectacle magique…

Nous faisons demi-tour à cause du risque d’orage. Le vent reprend son souffle quand nous nous retournons pour admirer le coucher de soleil. Les reflets sur le lac et l’arrivée du crépuscule me redonnent ce sentiment de calme et de plénitude.

 

Le ciel de feu flamboie avec intensité et pâme l’eau de sa couleur orangée. Les flancs noirs deviennent le trait d’union entre les deux.

Avant que la nuit tombe, notre guide nous promet une surprise tout en continuant de parler de notre environnement. Avec nos flambeaux à leds, nous naviguons parés de lumières blanches, rouges et bleus dont les reflets dansent sur l’eau. Nous nous avançons vers une anse proche de la base. Ici, de la matière organique accumulée dans le fond fait remonter des petites bulles de méthane. En les allumant avec un briquet, une flamme apparaît ! Décidément, ce lac ne manque pas de curiosités !

Sur le chemin du retour nous profitons de nouveau de cette tranquillité et de la quasi obscurité. Un chalet du camping de Lanau surplombe le lac telle une lanterne lumineuse, les personnes qui y séjournent doivent avoir une vue imprenable. Nous entendons tous les bruits de la nuit, les grillons, le hululement de la chouette. Nos rares paroles se font en chuchotant. La lune voilée fait régner une atmosphère ténébreuse. Nous respirons l’air frais du soir tout en imaginant ce que serait ce ciel sans nuage… des étoiles filantes et scintillantes compléteraient la féerie du moment.

L’aventure touche à sa fin, nous rejoignons la base. Je suis agréablement surprise par la beauté des lieux et ses mille merveilles ; mais aussi par la facilité de cette activité qui est vraiment accessible au plus grand nombre. J’ai été dépaysée et j’ai vraiment eu la sensation que nous étions seuls au monde. Je suis sereine et zen après cette escapade dans cette vraie nature.

Le programme des activités proposées à la base nautique de Lanau se poursuit jusqu’à la Toussaint :

  • canoë canadien géant au coucher de soleil et brame du cerf (les jeudis soirs),
  • descente intégrale du lac de Lanau (les vendredis à 10h30),
  • initiation au paddle (les samedis à 10h30).

Infos et inscriptions : Base nautique de Lanau – 15260 NEUVEGLISE-SUR-TRUYERE

Tel 04 71 23 93 17 ou contact@basenautiquedelanau.fr

Retrouvez toute la programmation des activités sportives des Pays de Saint-Flour

A propos de l'auteur

Virginie

Plus jeune je rêvais d'une vie citadine. Je vivais dans le Cantal sans vraiment le voir. J'ai dû dépasser mes préjugés pour découvrir ce beau pays. J'ai parcouru les campagnes, suivi des routes et des chemins pour découvrir des beautés cachées. Elles étaient là tout près de moi mais j'ignorai leur existence. J'ai marché, photographié pour enfin ouvrir les yeux sur ces paysages époustouflants. Je ne me lasserai jamais de ces plateaux, de ces gorges et de ses montagnes. Je ne m'éloignerai pas de ces gens authentiques qui ont su préserver leur territoire et leur savoir-faire. Croquer dans un morceau de Cantal, toucher la pierre volcanique, regarder les vaches vagabonder dans les près... S'émerveiller devant la nature et ses petits villages charmeurs, rien de tel pour profiter de chaque instant.

Laissez-nous votre avis

Soyez le premier à poster un commentaire !