En Auvergne où les stations thermales sont nombreuses, la petite ville de Chaudes-Aigues peut s’enorgueillir de posséder les eaux les plus chaudes d’Europe.

En Auvergne où les stations thermales sont nombreuses, la petite ville de Chaudes-Aigues peut s’enorgueillir de posséder les eaux les plus chaudes d’Europe. Nichée dans un écrin de verdure à quelques kilomètres de la retenue du barrage de Garabit-Grandval et aux portes du plateau de l’Aubrac, la cité est une destination privilégiée pour les amoureux de pleine nature.

Ces considérations faites, ces eaux chaudes aiguisaient ma curiosité et en cette fin de printemps, je décidai de me rendre sur place pour en savoir plus et surtout voir de mes yeux. Voir et toucher ces eaux jaillies du cœur de la terre.

De la visite de ville…

A l’heure du rendez-vous, au parking du lavoir, nous sommes une petite vingtaine autour de Sophie, notre guide.
J’apprends que la particularité de Chaudes Aigues tient à la trentaine de sources d’eau chaude dont la température de l’eau varie de 52° à 82°. Et que cette eau, infiltrée depuis les plateaux granitiques de la Margeride, était déjà connue des Romains. La Margeridienne que je suis n’est pas peu fière.
Nous nous dirigeons vers le lavoir et là, face à ces bassins d’eau, j’ai une pensée reconnaissante envers les femmes qui autrefois se sont parfois gelées les mains dans les lavoirs de nos petits villages. J’imagine combien toutes auraient apprécié la chaleur de cette eau bienfaisante.

Notre visite se poursuit dans la ville à la découverte des 8 oratoires qui ornent chacun des anciens quartiers. Nous progressons jusqu’à la célèbre source du Par. Les vapeurs d’eau qui s’en dégagent surprennent et notre guide qui nous explique l’utilisation faite en cuisine, illustre ses propos en plongeant un œuf dans une petite casserole qu’elle pose sous l’arrivée d’eau. « Dans 10 minutes, notre œuf sera cuit ! ».

Mais au-delà de cet usage familial, les eaux chaudes de Chaudes-Aigues servent encore à chauffer quelques édifices publics, mais surtout alimentent l’établissement thermal où sont traités les rhumatismes et l’arthrose.
Notre visite s’achève par la visite du musée Géothermia qui dévoile le mystère des sources chaudes, raconte l’histoire des eaux thermales et de leurs bienfaits depuis les thermes romains.
Une visite passionnante qui me donne bien envie de m’offrir un soin au centre Caleden tout proche, délicieux moment de détente en perspective.

…au parc aventure

Mais avant cela, petite escapade au parc aventure, tout récemment installé dans la vallée du Remontalou.
De surprise en surprise, je ne m’attendais pas du tout à trouver dans cette vallée dissimulée, de tels équipements. Ici, Laurent, le moniteur, a mis les petits plats dans les grands. Tout de suite, il annonce la couleur. Avec sa ligne de vie continue, unique en Auvergne, ce parcours aventure offre une sécurité optimum. 70 ateliers jusqu’à 35 mètres de hauteur pour une montée d’adrénaline à vous couper le souffle.
Et c’est parti, j’opte pour le parcours Caldaguès Fun. Son petit nom m’est sympathique.

Briefing indispensable. Test réussi, je me lance. Et ce que je voyais arriver comme d’énormes difficultés au fil de ma progression, n’est finalement pas insurmontable. Je me prends au jeu, j’adore flirter avec le sommet des arbres et me laisser glisser le long des tyroliennes. Bon, c’est vrai, j’ai par moment un peu peur (beaucoup !). Mais je résiste jusqu’à la toute dernière tyrolienne, la plus longue, celle qui me ramène au sol. Tout s’est bien passé. Le moniteur qui a jeté de temps en temps un œil sur moi me dit que j’ai hurlé. Le trac c’est sûr. Mais malgré tout, mission accomplie.


Je parcours des yeux l’espace qui m’entoure. Cet endroit est superbe. Une petite vallée encaissée, que l’on ne soupçonne même pas quand on entre dans Chaudes-Aigues. Un havre de verdure avec ses arbres majestueux : séquoias, cèdres du Liban, tilleuls argentés. Un véritable arboretum composé de dizaines d’essences différentes.
Je me laisse bercer quelques minutes par le murmure du ruisseau qui sillonne entre les arbres. Cette quiétude m’apaise. Je savoure le relâchement après l’effort. Un juste équilibre qui clôture cette passionnante journée.

Pour profiter vous aussi de la visite de Chaudes-Aigues et du musée Géothermia, rendez-vous chaque mardi à 15h30 jusqu’au 19 novembre. Inscriptions obligatoires avant lundi 18h au 04 71 23 58 76.

Et pour des sensations fortes, le Parcours Aventure Truyère Evasion vous accueille du 15 avril au 15 octobre : 06 83 48 84 61 – http://www.truyere-evasion.fr

About the Author

Claudie

Grandir dans le Cantal est une chance. Une curiosité naturelle et un sens de l’observation acquis au fil des ans, m’ont fait apprécier très tôt les paysages qui m’entourent. Les scènes de la vie aussi. Certaines ne sont plus, elles n’ont pas résisté au temps et à ses évolutions. D’autres les remplacent, pleines de charme et d’insolite. Appareil photo en main, je n’ai qu’un plaisir : immortaliser pour partager et transmettre. Et enseigner à mon tour. A méditer : “La nature est un professeur universel et sûr pour celui qui l'observe” (Carlo Goldoni).