Télécharger :
Distance: 9.5 km
Durée: 03h15
Niveau: Modéré
Dénivelé: 271 D+
Neuvéglise-sur-Truyère
Boucle
Terre, Non adapté aux poussettes
Jaune
Toute l'année. Sauf en cas de mauvais temps (forte descente).
À pied
Les + rando

Une randonnée appréciée en été quand il fait très chaud car le chemin est en grande partie dans le bois.

Une randonnée sympathique qui comporte une seule difficulté, une descente rapide. Ce circuit se déroule en grande partie en sous-bois , appréciable par forte chaleur, avec peut-être la chance de voir des animaux sauvages gambader en pleine nature.

D - Face à la mairie d’Oradour remarquer le lavoir, la bascule et la fontaine en pierre taillée surmontée par la croix avec le Christ sculpté. Prendre la direction Sainte-Marie-Pont de Tréboul et 200 mètres plus loin prendre à gauche en direction de Mons. A la sortie d’Oradour, sur la gauche, observer la croix biface en pierre taillée.

1 - Avant Mons, au niveau d’un oratoire, prendre la piste à droite et la suivre tout droit pendant 1 kilomètre. Délaisser les chemins collatéraux jusqu’au croisement des “4 chemins ”.

2 - Prendre le chemin de gauche entre des parcelles (attention quelques ornières cachées par la végétation) puis descendre en sous-bois par une série de virages.

3 - Arriver à une patte d’oie, possibilité de descendre à gauche, (en aller-retour 15 minutes) jusqu’au bord de l’Epie à proximité de sa confluence avec la Truyère. Arriver au bord de l’eau, possibilité de remonter l’Epie sur la gauche, sur 300 mètres, jusqu’à la passerelle de Malineux (elle relit Oradour à Neuvéglise, table de pique-nique de l'autre côté). Remonter par le même itinéraire et reprendre à gauche le sentier qui se poursuit par une succession de montées et de descentes. Après un passage sous un gros rocher, descendre par une forte pente à gauche (rapide et malaisée).

4 - Remonter par un chemin plus large en sous-bois. Vue sur les gorges de la Truyère. Rejoindre une large piste gravillonnée qui rejoint le point 2 et retour jusqu’à Oradour par le même itinéraire qu’à l’aller.

En savoir plus

Passage délicats : Une forte descente