Aujourd’hui, je vous emmène au coeur du village pittoresque  de Loubarresse, en Margeride, où se trouve une vielle maison en pierre et toit de lauze, la ferme de Pierre Allègre .

 

C’est l’un des 3 sites de l’Écomusée de Margeride.

À peine arrivée à la ferme avec mes parents, je remarque l’âme qui se dégage de ces murs épais…

Au-delà de nous expliquer simplement la vie à cette époque et de nous décrire la maison, notre guide Marie-Hélène nous transporte véritablement au 19e siècle. Elle débute son récit dans le jardin de la bâtisse. On sent presque l’odeur alléchante du pain en passant devant le four et on imagine sans peine les enfants de la famille courir dans le jardin près de la loge à cochons.

 

Dès que l’on franchit le pas de la porte, et malgré le temps estival de la journée, l’ambiance se refroidit dans l’unique pièce de la maison. Les rayons du soleil ont du mal à franchir la petite fenêtre, et il règne, ainsi, dans ce salon-salle à manger-cuisine, une étonnante froideur. Si bien que lorsque notre guide nous conte les longs hivers de l’époque où les grands parents de la famille restaient assis près du cantou, parfois toute la journée, on la croit sur parole !

De l’étable à l’étage, de la traite des vaches au tissage, de la soupe au chou au jambon et son salage, tout est habilement expliqué par notre guide qui, pas à pas, pièce par pièce, nous raconte la vie de ces gens-là, nos ancêtres, nos paysans, nos familles, pour qui travailler était de rigueur afin de vivre. Ou survivre…

 

Un récit simple et passionnant qui raconte le quotidien d’une famille du 19e siècle dans le Cantal. Un récit qui résonne dans les yeux et le cœur de mes parents, auvergnats pur souche, pour qui ces anecdotes ne sont pas si étrangères…

Mon anecdote coup de ♥ : Dans cette maison et à cette époque, il n'y avait ,forcément, pas de chauffage. Seul le Cantou chauffait la pièce du rez de chaussée. Cela m'a paru donc inimaginable dans mon esprit âgé seulement de 20 ans que l'on puisse dormir à l'étage, sans chauffage, et que les enfants devaient gratter les carreaux le lendemain pour voir s'il avait neigé. Car le givre était bien à l'intérieur de la pièce ! Heureusement qu'il y avait l'édredon, les draps en chanvre et le moine (ustensile que l’on remplissait de braise encore chaude et qu’on mettait sous les draps lors des longues nuits d’hiver) ... glaglagla !

Coralie

Envie de traverser les siècles et découvrir le quotidien de nos ancêtres ? Laissez-vous transporter par les guides de la Ferme de Pierre Allègre. Un voyage dans le temps est garanti !

L’écomusée* est réparti sur 3 sites :

– La Ferme de Pierre Allègre : ouverte du 15 juin au 3e dimanche de septembre, tous les jours de 14h30 à 18h30 sauf le samedi.

-Le Jardin de Saint-Martin: ouvert du 1er au 30 juin et du 1er septembre au 3e dimanche de septembre, de 14h30 à 18h30 sauf le samedi. Du 1er au 31 août : ouvert tous les trois premiers dimanches de 14h30 à 17h30.

-L’École de Clémence Fontille: ouverte du 15 juin au 31 août, tous les jours de 14h30 à 18h30 sauf le samedi.

Plus d’infos : ecomusee-margeride@orange.fr ou 04 71 23 43 32

*un écomusée: organisme qui a pour but de mettre en valeur et conserver le patrimoine local qu’il soit matériel ou immatériel

About the Author

coralie

À 20 ans, je ne désire qu’une chose, partir à la découverte du monde. C’est pourquoi j’ai choisi des études de tourisme pour assouvir ma curiosité. Pour le moment, mes valises ont été basques, belges, italiennes, espagnoles mais on dirait bien qu’elles avaient besoin d’une petite pause Cantalienne. Il faut dire que je suis une Cantalou pur souche et que l’amour pour mon pays grandit au fur et à mesure qu’il se partage. Comment ne pas être envoûtée par ces paysages préservés, cette gastronomie authentique et chaleureuse à l’image de ses habitants et un art de vivre inexplicable et typiquement auvergnat ? À mes yeux, le Cantal a toutes les cartes en main pour tous nous épater, petits et grands et c’est avec passion que j’essaie d’en témoigner.

Cela peut aussi vous plaire

Découverte champêtre au jardin de Saint-Martin