« C’est parti, on décolle ! »

Le petit ULM dans lequel j’ai pris place quelques minutes plus tôt, amorce alors son ascension vers les airs. En bout de piste, sur l’aérodrome de Saint-Flour-Coltines, je mesure ma chance d’être à bord de ce biplace et de survoler cette vaste zone naturelle. C’est sûr, cette balade aérienne va être sensationnelle. Je ne laisse rien passer. Les portes de l’appareil sont entièrement vitrées et rapidement, mes yeux découvrent une succession de petits détails qui nous échappent au sol.

Vu du ciel tout est différent. L’immense devient minuscule et le détail se fait géant.

Claudie

Ma première image se fixe sur les jolis murets en pierres volcaniques qui dessinent les parcelles à la façon d’un immense puzzle. J’aperçois le bourg de Coltines et parsemées çà et là, les fermes imposantes de la Planèze. Comme la campagne est belle en ce mois de mai. Verdoyante à souhait.

Tête en l’air

Je sursaute, le casque coiffé sur mes oreilles résonne : « Ça va ? », interroge le pilote. Je réponds par un oui timide où se mêlent un brin d’appréhension et l’envie très forte d’aller plus loin.

« Nous allons passer au-dessus du Château du Sailhant ». Sa phrase à peine terminée, j’aperçois les tours de l’édifice. Formidable ! Le château, son parc, la cascade et le charmant village du Sailhant  défilent sous mes yeux ébahis.

L’ULM entame un virage. Me voilà penchée dans l’habitacle, pas très rassurée, je dois bien l’avouer. Je prends une longue respiration. Ça va aller.

Et quelques secondes plus tard, c’est la ville de Saint-Flour qui s’étire sous mes yeux. C’est le jeu des devinettes, je cherche à identifier les quartiers, les bâtiments, zones d’habitations, zones commerciales. Et enfin le centre-ville ancien dominé par les deux tours de la cathédrale Saint-Pierre.

Quelle chance, j’ai !!!

Mais je ne suis pas au bout de mes surprises. Nous voilà partis en direction de la vallée de la Truyère. Déjà, j’aperçois les gorges creusées dans le paysage.  Et, sous le charme de ce décor qui m’est pourtant si familier, se dévoile le magnifique viaduc de Garabit. Trait d’union entre les deux flancs de la vallée, son long tablier de dentelle métallique semble s’être posé comme par magie au-dessus de la rivière.

Garabit s’éloigne, au loin je distingue les Monts du Cantal. Nous survolons la vallée de l’Ander. Je repère facilement le village de Tanavelle, « le phare de la Planèze ».

Et déjà se dessine la piste de l’aérodrome. Mon baptême de l’air va prendre fin. Mais quelle expérience ! Quelle concentré de bonheur, d’émotions.

Retour sur terre

L’avion se pose lentement, roule jusqu’à l’entrée de la piste puis s’immobilise. Le pilote retire mon casque, détache ma ceinture. Il m’accompagne dans ma descente, attentionné, me demande une nouvelle fois si je vais bien.

Mes pieds se posent sur le sol. Mais ma tête, elle, est encore dans les nuages. Pour plusieurs heures c’est sûr. Un grand moment que je vous invite à vivre à votre tour.

Une expérience exceptionnelle, vécue à deux pas d’ici. A Coltines, au départ de l’aérodrome où les activités aériennes sont reines : baptême de l’air en avion de tourisme, vol en ULM ou en montgolfière avec la possibilité de vivre l’expérience unique de voler avec les oiseaux… Sur l’aérodrome, on peut aussi pratiquer le char à voile ou le pilotage de cerf-volant… (des idées de loisirs à tester prochainement).

CONTACT – Aérodrome Saint-Flour / Coltines – 15170 COLTINES – Tél. 04.71.60.94.95 / 06 95 17 69 20 / 06 80 67 05 78 – aerodrome.saintflour@gmail.com

 

A propos de l'auteur

Claudie

Grandir dans le Cantal est une chance. Une curiosité naturelle et un sens de l’observation acquis au fil des ans, m’ont fait apprécier très tôt les paysages qui m’entourent. Les scènes de la vie aussi. Certaines ne sont plus, elles n’ont pas résisté au temps et à ses évolutions. D’autres les remplacent, pleines de charme et d’insolite. Appareil photo en main, je n’ai qu’un plaisir : immortaliser pour partager et transmettre. Et enseigner à mon tour. A méditer : “La nature est un professeur universel et sûr pour celui qui l'observe” (Carlo Goldoni).

Laissez-nous votre avis

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ceci peut aussi vous plaire

Survoler le plus grand volcan d’Europe